Le gouvernement Macron: vers une économie sociale?

La politique économique française, depuis 2017, est en pleine mutation. Sortie d’une période de crise aux conséquences économiques et sociales graves, la France s’est lancée dans la recherche d’un système économique qui réponde intégralement aux besoins de tous.

Face à l’ambition du nouveau président de satisfaire à la fois aux besoins collectifs et individuels, beaucoup se demandent si le pays ne s’aventure pas peu à peu vers l’économie que l’on qualifie de sociale. Une petite étude comparative entre l’économie dite sociale et l’actuelle politique économique française nous aidera à forger une nette opinion sur cette interrogation.

Qu’est-ce qu’une économie sociale?

Dans sa dénomination complète, l’économie sociale et solidaire peut s’apparenter à une sorte d’économie anthropologique, c’est-à-dire qui place l’homme au centre de toute l’activité économique. Comme secteur de l’économie, elle est essentiellement l’œuvre de fondations ou d’organismes privés.

Leur but est de jouer l’équilibre entre la recherche du profit, intrinsèque à toute économie, et le bien-être personnel des individus. L’économie sociale peut être donc perçue comme la juste mesure entre les idéologies d’un capitalisme outrancier et les excès du socialisme radical.

Ce type de système qui se veut équilibré n’est pas, précisons-le, aux antipodes de la croissance économique. Bien au contraire ! Son statut privé lui permet d’engranger pour le compte du bien commun d’énormes bénéfices et de propulser de fait, le développement économique et social d’un pays tel que la France par exemple.

Quelle est la politique économique sous l’ère Macron?

Aujourd’hui en France, l’expression ‘’politique économique’’ s’accompagne logiquement du terme de réformes. En effet, beaucoup de réformes sont en cours dans l’unique but de faire recouvrer à la France son passé économique plus qu’élogieux.

Ces réformes concernent les impôts, la fiscalité, le code régissant le travail, les ordonnances et le budget. Ces grandes avancées ne font pas des Français les hommes les plus aisés ou les plus heureux. Cela parce que, le pouvoir d’achat, qui est l’élément le plus sensible de la croissance économique pour un profane, reste inchangé et semble même avoir baissé.

Conscients de l’importance qui réside dans l’appréciation de l’homme, les champs sociaux sont dorénavant de plus en plus investis par le gouvernement. De fait, toutes les actions économiques qui militent et qui s’investissent, à partir des données économiques, pour une meilleure solidarité concrète envers l’humain, sont promues.

Brève étude comparative

Un tel regain pour le social, remarqué dans la politique économique du gouvernement d’Emmanuel Macron est propre et s’identifie presque à l’économie sociale et solidaire. Cette soudaine envie de changement serait due, peut-être, aux apports économiques considérables de cette branche économique depuis 2007.

En effet, reconnaissance en a été faite par la loi du 31 décembre 2015 qui atteste de la substantielle contribution économique et sociale que génèrent les différentes entreprises et coopératives de l’économie sociale à celle française. Elles produisent en effet des centaines de milliers d’emplois par an et œuvrent dans des secteurs qui assurent l’avenir.

Il est alors évident que le gouvernement du nouveau président tende vers cette branche de l’économie, et encore plus normal qu’il aide à son financement et à son extension.

Posts created 8

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut